Feux d’artifices de Montréal

Depuis plus d’un mois, tous les samedis durant une demi-heure ont lieu des feux d’artifices. Plusieurs pays y sont représentés (dont la France et le Canada) et chacun prépare un spectacle avec des thèmes musicaux.

Impressionné par la technicité de Taïwan et le sens artistique des États-Unis, j’ai décidé de profiter du dernier feux d’artifices de la saison pour me tenter à l’exercice de la photo !

Bon, soyons honnêtes. N’est pas photographe de feux d’artifices qui veut l’être… C’est tout un travail derrière la théorie ! Résultat des courses, mes photos sont très banales, souvent surchargées, et au final… Pas aussi intéressantes que cela ! 😉

Mais qu’importe, autant vous les faire partager et en décrire certaines astuces pratiques !

Dans les exemples ci-dessous, on pourra observer le résultat de 4 photos en fonction de leur paramètre. Certains ont des temps de pose trop longues, d’autres sont déséquilibrées. Bref, il n’y a pas de techniques « secrètes » et la chance fait partie de la donne !

Photo trop surchargée

Entre le réussi et le raté !

Photo presque réussie !

Photo réussie

L’équipement en milieu nocturne est toujours contraignant. Ici, je n’avais que mon objectif standard 18-55mm (ceci dit tout à fait suffisant pour ce genre d’exercice) et surtout un trépied, outil indispensable pour qui souhaite avoir des photos nettes !

Je tiens aussi à préciser qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un super réflex pour réussir des photos de feux d’artifices. Un petit compact permettant quelques paramétrages standards fera parfaitement l’affaire !

Pour résumer :

  1. poser votre appareil photo sur votre trépied (et vérifier sa stabilité)
  2. baisser l’ISO à son minimum (pour moi, le minimum est ISO200)
  3. augmenter la valeur de votre ouverture focale (soit chez moi, vers f/16)
  4. préparer un temps de prise photo assez long (entre 2 secondes à 10 secondes)
  5. shooter au moment où vous voyez les fusées monter (avant l’explosion) !

Le principe est de parvenir à obtenir des photos nets avec des couleurs vives. Comme le temps de pose est assez long, vous devriez avoir de belles traînées de lumières ! Le seul problème est que s’il y a trop de feux en même temps, votre photo ressemblera plus à un… nuage de lumière aveuglant !

Note : mes photos gardent toujours leurs données EXIF ce qui vous permettra de voir sur chaque photo quel paramètre a été utilisé !

3 Comments

  1. Je rajouterai déclencheur souple. F/16 c’est pour tout ou presque sauf le final qui devient plus lumineux. Je suis descendue à f/11. Et grâce au déclencheur souple, j’ai pu testé le mode Bulb.
    La prochaine fois, je teste le carton noir devant l’obturateur ouvert pour imprimer différents feux sur une même photo. J’ai lu la technique sur le net que j’ai bien hâte de tester !

  2. C’est exact Lauraki. Je n’avais mon déclencheur (filaire) mais cela aide ! Le mode B est intéressant bien que j’ai préféré ne pas m’en servir (n’ayant pas mon déclencheur justement). Quant à la technique du carton, je la connaissais mais n’y est pas du tout pensé sur le moment 🙂 ! Merci pour ce bon rappel !

Les commentaires sont fermés.