Arthur en France !

Même si le Zifnab vit à 5000 km des côtes françaises, il n’en reste pas moins un petit français ! Pour mes congés, la destination a vite été choisie : « retour au bercail ! – bonjour à tout le monde – et merci pour le poisson ! » *

* NDLR : Il faut lire H2G2 – Guide du Routard Galactique – pour comprendre cette blague. 🙂

Le trajet

N’ayant jamais eu le mal de l’air, ni même eu de « mauvaises expériences de vol », c’est devenu pour moi un moyen de transport tout à fait commun ; comme le train, cela m’emmène d’un point A vers un point B.

Cependant, au petit matin, avec les premiers rayons de soleil qui se sont reflétés sur les ailes et les nuages, une lumineuse pensée m’a envahi.

Effectivement, c’est à ce moment-là que je me suis rappelé à quel point je vis à une époque formidable : traversée des étendues gigantesques en quelques heures, voler au dessus des nuages, observer un ciel dégagé, bleuté et orangé avec un sentiment de paix et de quiétude, et tout cela avec l’impression qu’on ne fait que doucement flotter…

Difficile à décrire mais peut-être avez-vous déjà connu ce genre de pensées paisibles. Il m’a bien fallu une quinzaine de minutes pour émerger de cet état de grâce et me dire : « Zut, il faut que j’immortalise ce moment ! ». Et là, miracle de la technologie, on se rappelle soudain que son téléphone mobile fait aussi… appareil photo ! 😉

Au petit matin

Vue sur les nuages

L’arrivée sur Paris

Plus l’avion descend sur Paris, plus un petit malaise s’accentue. En réalité, alors que nous nous approchions de la ville, je me disais (à voix haute) : « Tiens, c’est marrant, il y a du brouillard sur Paris ». Petit sourire d’un voisin de siège qui me répond : « Je crois plutôt que c’est le nuage de pollution de la ville… » 😉

Et c’est vrai qu’on ressent un vrai choc en débarquant. Brrr…

Qu’importe, après avoir passé la douane et récupéré ma valise, direction le RER et les métros parisiens. Je fais mon parfait touriste, surtout qu’en fait, je ne me souviens plus vraiment des lignes et arrêts de la ville… Heureusement, on m’aide gentiment en me guidant vers les bonnes stations ou sorties (ouf !).

Devant rejoindre mes amis Romain et Delphine, il fallait bien que j’oublie un petit quelque chose sur Montréal. Oui, rappelez-vous, il y a une règle céleste qui dit : « Quoique tu fasses, tu oublieras quand même un truc ». En général, ce sont des choses anodines comme un paquet de mouchoirs, un chargeur, ou encore un livre. Mais dans mon cas, il s’agissait du plan pour me rendre chez mes amis…

Mais le Zifnab ne se décourage pas. Pas de problème, on va faire confiance à pile ou face et sa bonne étoile. Et mine de rien, ça a marché ! Bon… Cela m’a pris 1h30 pour y arriver, mais le résultat est là 🙂

Promenade sur Paris

Pour ne pas succomber au décalage horaire et tenir jusqu’au soir, il a été décidé de s’occuper en sortant se promener. Un programme simple mais parfait pour le Zifnab.

Première étape : Aller voter aux élections cantonales.

Bon. Soyons honnêtes, j’avais oublié ces élections et je n’y ai donc pas voté… Je pourrais trouver mille excuses du type : « Tout le monde s’en fiche », « ça ne sert à rien », « on ne les connaît pas », « c’est toujours les mêmes », « y a pas de débat », « y a pas de programmes », ou encore le fameux « c’est quoi un canton ? » 😉

Moi, c’est encore « pire », j’ai simplement oublié. Mais ce n’était pas le cas de Romain et Delphine ! Nous nous y sommes donc rendus.

Et malgré notre bonne volonté, cela a été un véritable petit parcours du combattant… À croire que dans certaines villes, on fait tout pour dissuader les électeurs de se rendre aux urnes. Plusieurs salles étaient répartis dans la ville, à priori, sans ordre réellement logique, du coup, personne ne sait où aller… Après 3 bureaux de votes différents, nous finissons par tomber sur le bon !

Ceci dit, il faut voir les bons côtés, moi, Delphine et Romain avons pu découvrir leur ville (si si !). Pis ça fait une bonne marche, et une bonne aventure à raconter au près d’un feu de cheminée pour ses petits-enfants (si si si !).

Non, pas sûr du chemin, mais on continue quand même !

Delphine vote !

Seconde étape : Parc et marché aux livres

Direction un petit parc sur Paris. Parc pris d’assaut par les enfants ! 🙂

Un monde fou pour un si petit parc. Pas très reposant, mais sûrement très dépaysant ! Entre la pétanque (sauvage), les jeux de sable, les toboggans, les matchs de ping-pong, les flirts des ados sur l’herbe, les poussettes des mamans, et les jeux de ballons, pas de répit !

À côté du parc se trouve un marché (ouvert) du livre d’occasion. On s’y rend donc par simple curiosité. Rien à dire, il y a vraiment un nombre incroyable d’ouvrages ! Certains très anciens datant de 1920 ! Certes, tous ne sont pas… très intéressants, et comme dirait Romain : « Ce n’est pas parce qu’un livre est vieux qu’il est devenu meilleur ! ». Clairement : un livre mauvais reste un livre mauvais 😉

Ceci dit, j’ai une petite pensée pour tous ces écrivains connus ou inconnus qui ont écrit ces livres, souvent avec passion, parfois par besoin d’argent. Plus personne ne les lit, plus personne ne s’intéresse à eux, mais pourtant, leurs écrits restent. Et peut-être, dans 200 ans, un adulte retombera dessus et rêvera à ce monde dépeint…

Constat pour le Zifnab ; je me suis forcé à ne rien acheter… Parce que bon… Les livres, ça devient vite lourd dans une valise ! 😉

Jeux de lignes (1)

Jeux de lignes (2)

Arthur et Delphine s’amusent

Et pour finir, une petite photo d’Adi, qui se repose après avoir bien embêté le Zifnab ! On va dire que c’était du 50/50, je l’ai bien fait courir avec mes bouts de ficelles… 🙂

Adi, chat espiègle !

Équipement photo :

  • Smartphone Acer Liquid E (avion)
  • Olympus E-510 (réflex)

Et oui, pas de Pentax K100DS pour une fois ! J’ai utilisé le réflex de Romain, le vénérable Olympus E-510 (quasiment de la même génération d’ailleurs). Un très bon appareil selon moi : robuste, fiable, rapide. Par contre, ancienne génération oblige, à partir de 400 ISO, le bruit se fait visible, et les menus sont totalement anti-ergonomiques (Pentax fait à peine mieux !). 😉