Je me souviens.

Je me souviens qu’il y a trois ans (25 ans) je réfléchissais sur l’inconnu. Je me souviens qu’il y a cinq ans (23 ans) j’interviewais mes amis. Je me souviens aujourd’hui combien cette époque m’a marqué.

25062011-IMGP3912

Retour sur l’inconnu

Dans la vie, il y a toujours ce besoin incessant de défis. Ces défis réguliers qui vous permettent de vous dire : « Je suis vivant et j’existe ».

Parfois, on vit de grands défis, comme s’expatrier pour découvrir l’inconnu. Souvent, on pratique les petits défis, comme se dire qu’on est encore capable de courir autour du Mont-Royal sans s’arrêter.

Entre l’objectif de départ et le résultat obtenu, il y a toujours une attente parfois déraisonnable. Pourtant, cela n’a aucune réelle importance. Ce qui l’est, c’est le parcours vécu et le cheminement suivi.

P.S : Pour la course autour du Mont-Royal, je me suis arrêté 4 fois, en perdant mon rythme autant de fois. Et je ressens encore mes muscles ricanaient devant mon excès de confiance.

Annexe : Article « Parce que parfois… » (août 2010)

Retour sur les interviews

Le journalisme-reporter m’a toujours attiré. Bon. Au même titre que l’archéologie ou l’astronomie. Oui, petit, je voulais être : astronaute, archéologue ou reporter.

Finalement, je suis chargé de projets. C’est un peu moins glamour mais au final, cela répond à mes trois souhaits : la découverte, l’écriture, et la projection.

Donc après cinq ans de silence, bientôt deux nouvelles interviews en exclusivité sur mon petit blog !

Annexe : Articles Interviews (mars 2008)

Petite conclusion

Toutes ces choses m’ont marqué et c’est pourquoi je m’en souviens si bien. Toutes ces choses sont comme mon petit blog. Il est personnel et impersonnel à la fois. Pour moi et paradoxalement pour tout le monde.

Il existe depuis… 2007. Il a eu ses hauts et ses bas, avec ces longs moments de silence, de solitude, d’oubli. J’ai même perdu les premiers articles. Et puis finalement, je l’ai dépoussiéré et remis à neuf.

Parce qu’au fond, ce blog, c’est une part de moi-même. Mon cadavre exquis personnel. Et qu’il me rappelle qui je suis.