Interview de Céline (Suisse !)

Pour ce 3ème reportage sur les français expatriés, je vous présente ici mon amie Céline M qui vit désormais en Suisse (!). Nous nous sommes rencontrés en Licence (2005) et depuis cette formidable année universitaire qui nous rend parfois bien nostalgiques, nous n’avons cessé de garder contact et de nous soutenir mutuellement.

Céline étant franco-suisse, c’est une « vraie-fausse » expatriée (!) mais son expérience et sa vie en Suisse méritent réellement toute notre attention. Comme nous tous, elle a traversé des moments de purs plaisirs et, parfois, des périodes plus sombres… Chacun pourra donc se reconnaître ou prendre du recul à travers son histoire.

Celine_Suisse_1

[Zifnab] Coucou chère Céline ! Pour nos amis lecteurs ici présents, pourrais-tu en quelques mots nous décrire le bel endroit où tu vis ?

[Céline] J’habite près de Lausanne dans le Jura Vaudois à 1000 m d’altitude, donc en plein milieu de la nature ! Les grands espaces, l’air pur de la montagne… Chaque soir en rentrant du travail, c’est un grand courant d’énergie qui me traverse !

Ici, le temps est assez bien tempéré, on peut autant avoir beaucoup de neige l’hiver que de grandes chaleurs l’été. Forcément avec l’altitude il fait quand même un peu moins chaud qu’en plaine, mais personne ne se plaint !

Qu’est-ce qui t’a poussée à t’installer en Suisse ? Le milieu professionnel ? La famille et les proches ? La vie suisse (romande) ?

Mon copain habite en Suisse ! Moi-même, comme tu le sais, j’ai la double nationalité Franco-Suisse alors ça tombait très bien. Pour ma dernière année d’étude il fallait trouver un stage… Mes recherches se sont donc principalement axées sur la Suisse.

J’ai réussi à trouver un stage dans une entreprise très proche de là où habitait mon copain. C’était donc l’occasion idéale pendant 3 mois de vivre en Suisse et de voir ainsi si je m’y plaisais. Après ce stage j’ai eu une proposition d’embauche (!!!) et comme j’ai particulièrement apprécié ma vie en Suisse, la décision a vite été prise !

Finalement, tu es restée, preuve que tu t’y plaisais ! Peux-tu nous parler rapidement de ton emploi (poste) et de ta perception du monde du travail en Suisse ?

Je travaille dans une agence dans le domaine du multimédia, tout à fait dans le domaine que je recherchais ! Une des différences principales avec la France c’est les conditions de travail ! Ici, par exemple, on travaille 42,5 h par semaine et on a 4 semaines de congés payés par an… Le taux de chômage est aussi beaucoup moins élevé qu’en France.

J’apprécie beaucoup cette philosophie : on a de réelles possibilités de faire carrière si on s’en donne les moyens et en plus, les salaires sont très attrayants !

Tout cela est très intéressant et motivant ! Ceci dit, as-tu personnellement rencontré des difficultés lors de ton insertion dans cette société ou as-tu ressenti ce genre de choses à travers d’autres personnes ?

Globalement, tout cela s’est bien passé. Par contre, pas moyen de cacher que j’étais française ! Beaucoup de monde le savait tout de suite à mon « accent » ! Après, il y a bien sûr des expressions qui diffèrent, mais dès qu’on commence à parler « à la Suisse » on s’intègre tout de suite plus facilement !

Il faut pas oublier que la Suisse est divisée en plusieurs cantons et l’appartenance est marquée. Les suisses sont généralement ouverts et sympathiques, après, c’est vrai qu’ils ont parfois le sentiment de se faire « envahir »…

A ce propos, as-tu vraiment pris l’accent suisse ou te le fait-on « juste » remarquer quand tu reviens en France ? Et surtout, as-tu une petite expression bien suisse à nous présenter ici !

Hihi ! Oui ! Il paraît que je commence à le prendre… Les chiffres par exemple je ne les dis quasiment plus à la française. 70 en Suisse se dit septante, 80 se dit huitante, 90 nonante, etc.

Il y a pleins de petites expressions très particulières et par exemple, il est très courant de dire « adieu » pour dire « bonjour »… Mais bon ! J’espère quand même ne pas trop prendre le bon accent suisse ! ^____^

Je vois cela oui ! Passons à une question « pratique » maintenant. En France, on parle souvent de problème de pouvoir d’achat… De ton côté, comment évalues-tu le coût de la vie en Suisse comparé à la France ?

D’une perception générale, le coût de la vie est plus élevé… Mais certaines choses sont moins chères aussi (si si !). Comme les ordinateurs, les appareils photos… ou l’essence !

Bon, l’alimentation ou les vêtements restent plus chers, mais globalement je pense que le pouvoir d’achat est meilleur ici vu que les salaires sont plus élevés.

Finalement, cela va faire près de 2 ans que tu vis en Suisse ! Comment considères-tu désormais ta vie là-bas ? T’y trouves-tu à ta place et contente d’y être ?

Oui ! Très contente d’y être. Je m’y plais vraiment, la vie Suisse me convient tout à fait. Maintenant, la plupart de mes amis sont ici. Je me vois tout à fait y passer de nombreuses années, mais seul l’avenir nous le dira bien sûr !

Quelques idées ou projets futurs dans l’immédiat ou sur le moyen terme ?

Pour l’instant, je souhaite continuer à profiter de ma vie en Suisse. Bien sûr, j’ai quelques beaux projets de voyages en tête que je compte bien concrétiser d’ici 1 ou 2 ans ! Plus tard, j’aimerais vraiment m’installer ici en achetant par exemple une maison (enfin son « chez-soi » véritable !). Mais c’est encore loin et vague donc je préfère profiter de l’instant présent et me projeter pas à pas !

Pour finir, as-tu quelques conseils à dire aux futurs expatriés français de Suisse ou plus généralement aux expatriés tout court ?

Aimez le chocolat !!!

Merci Miss Céline ! En nous faisant partager une partie de tes aventures, chacun peut se retrouver soi-même et se reprendre en main si besoin. La vie ne se résume jamais à « tout va bien » ou « tout va mal », mais s’il est difficile de trouver son propre équilibre personnel, cela n’est jamais impossible!


Céline, comme moi, Romain ou Sophie a aussi traversé des périodes de réflexions intenses sur le sens et le but de sa vie avec parfois des moments de petites déprimes ou de remise en cause.

Nous nous recherchons tous toujours un peu mais nous savons que nous sommes encore bien jeunes. Entre l’envie de l’aventure et celui de se poser, entre le désir de vivre « égoïstement » et celui de « jeter son ancre », tout un défi actuel mais qui un jour s’effacera de lui-même !

One Comment

  1. Pingback : Zifnab, apprenti-journaliste ! « Zifblog

Les commentaires sont fermés.