Interview de Sofi (Belgique !)

Continuant dans ma lancée des interviews de mes amis expatriés, voici un micro-reportage sur Sophie V, une amie de longue date (université !) qui finit bientôt son périple en Belgique !

Nous nous sommes toujours mutuellement soutenus lors de nos phases de « déprime » ou tout simplement lorsque nous avions besoin d’avoir des moments de réflexion entre jeunes expatriés, isolés et euh… paumés !

Sofi_belgique1

[Zifnab] Bonjour toi ! Alors, pourrais-tu nous parler de l’endroit où tu vis en Belgique ?

[Sofi] Coucou toi ! J’habite pour le moment à Anvers, une ville jolie mais où le climat est assez… éprouvant (froid !). Le style architectural est plutôt « ancien », par exemple, on a l’impression que les tramways datent de l’après-guerre !

En hiver, on a du mal à apprécier la vie là-bas mais heureusement, l’été, avec le soleil, c’est un vrai plaisir ! Je suis ici depuis juillet 2007 et je reste jusqu’à juillet 2008 (soit 1 an pile !).

Ho ho ! Comment t’es-tu retrouvée en Belgique ? Etait-ce un choix personnel ou plutôt professionnel ?

Je cherchais un emploi dans une boite pharmaceutique et je voulais faire de la chimie médicinale, et j’en ai trouvé un exactement dans ce genre-là ! En plus, je suis bien payée.

En fait, ce que je voulais et veux toujours c’est : travailler en oncologie (les cancers) en vu de pouvoir intégrer le cancéropole de Toulouse. Donc oui, c’est clairement un choix professionnel !

Je me doute que tout n’a pas été toujours bien facile… D’ailleurs, à ce propos, quelles ont été tes premières impressions et perceptions à ton arrivée ?

Au début, j’étais vraiment contente… Mon boulot était très motivant, mes collègues adorables, la ville ensoleillée, etc. Bref, c’est un peu le monde des Bisounours où tout est beau et « trognon ». Mais après quelques mois, j’ai vite déchanté…

On ouvre rapidement les yeux et on se rend compte que certains collègues sont des minables (coups bas), que l’hiver est rude, que les flamands ne sont pas toujours très sympathiques envers les francophones… En gros, je commençais à déprimer…

Surtout… J’ai connu une période noire quelques mois après mon arrivée avec un conflit social de grande ampleur… Dur dur l’entrée dans la vie active quand il y a une grève majeure…

Hum… Justement, à propos de la société belge, qu’en penses-tu sur un point de vue social et culturel ?

Leur culture est très proche de celle des français mais plus cosmopolite ! Après tout, Bruxelles est la capitale de l’Union Européenne ! Cependant, il y a tout de même beaucoup de tension entre Wallons et Flamands… Donc tout cela n’aide pas vraiment l’intégration des autres étrangers…

Le français belge t’a-t-il donné du fil à retordre (prononciation, expressions, etc.) et du côté flamand, comment était-ce ?

Ici, je parle en anglais, de toute façon je ne comprends pas le flamand et je préfère éviter de parler en français…

Effectivement… Il y a quand même des avantages j’espère ! Du côté du coût de la vie (par rapport à la France) ?

Pas vraiment… Enfin, c’est différent. Par exemple, les assurances ou Internet sont hors de prix… Mais côté alimentation, c’est pratiquemment identique. Par contre, la bière est vraiment donnée ! En plus, elles sont excellentes !

Tiens, justement, le célèbre « moule-frite-bière » est-il véridique ?!

Ils prennent les repas du soir très tôt… 17h30 ! Mais sinon, il y a vraiment « l’art de la frite » ! Deux bacs de cuisson avec deux temperatures differentes : une longueur et une épaisseur calculées pour bien être croustillante sur le dessus et cuîte à l’intérieur sans être imbibée d’huile… Ils sont fous ces belges !

Je faisais mes courses dans un Carrefour, c’est pour te dire à quel point c’est différent (!). Bon, pour le pain et les croissants, ils sont encore loin de notre niveau, mais sinon, pour le reste, tout est tout à fait normal !

Maintenant que tu vas « bientôt » quitter ce pays, quelles sont les émotions qui te traversent ?

La Joie (lol)… En fait, je pense que dès le debut j’ai pris en grippe la Belgique… Je n’ai pas fait beaucoup d’effort pour m’intégrer non plus… Et je sais que ca vient de moi et non pas du pays.

Il y a tout de même des côtés positifs (heureusement !) : côté chimie, j’ai beaucoup appris par cet emploi. Je suis aussi moins timide et bien plus à l’aise (surtout parce que je parle en anglais !). Au fond, je ne regrette pas d’etre venue ici, même si j’avoue être pressée de rentrer !

Des idées ou des projets après ton retour en France ?

C’est simple ! Retourner sur Toulouse, trouver un nouvel emploi, un nouveau copain et m’installer tranquillement dans une petite vie douillette !

Pour finir, as-tu quelque chose à dire aux futurs expatriés français de Belgique ou plus généralement aux expatriés tout court ?

Penser à bien s’intégrer. Surtout pour ceux qui s’expatrient dans le but de travailler. Penser à faire des connaissance hors du boulot… C’est bien plus dur qu’on ne se l’imagine et souvent on n’en fait pas vraiment l’effort…


Merci Mam’zelle Sofi pour nous avoir fait partager des moments de ta vie et de tes sentiments en tant qu’expatriée. Nos aventures d’expatriés sont toujours un point de repère pour les autres et bien que nous vivions chacun des choses différentes, on se rend compte de beaucoup de… similitudes dans nos ressentis…

En tout cas, je te souhaite bonne chance pour ton retour en terre occitane ! Et comme dit à Kratnusky, n’oublie pas que nous serons toujours là pour t’épauler et te soutenir quoi qu’il advienne !

Sophie, comme moi et Romain, a parfois traversé des périodes difficiles, loin de la France et de ses proches… Mais comme nous deux, elle a toujours rebondi avec succès et dégage toujours une joie de vivre rayonnante. Une fraîcheur que bien des gens lui envient sans aucun doute !

En tout cas, ce que nous savons tous trois, c’est qu’il faut savoir profiter de son voyage à l’étranger et de la découverte d’une autre culture pour comprendre aussi ses propres racines et ses vrais désirs de vie.

One Comment

  1. Pingback : Zifnab, apprenti-journaliste ! « Zifblog

Les commentaires sont fermés.